Blog littéraire

Les chevaux de cœur de Cécile Pardi

Les chevaux de coeur par Pardi

Si comme moi la nature et les animaux vous ressourcent, si vous avez envie de retrouver les sensations que vous éprouviez enfant face à eux, alors lisez vite ce livre et laissez-vous bercer par ce joli conte lumineux, que j’ai trouvé beau dans sa sincérité et dans l’authenticité de l’auteure lorsqu’elle partage tout cela avec nous.

Colette, dite Mama Reine, est une vieille dame qui toute sa vie a accueilli des enfants cabossés dans sa jolie ferme, jusqu’à ce que l’aide sociale à l’enfance la trouve trop âgée pour cela. Parmi tous ces enfants, trois se sont particulièrement attachés à elle et réciproquement. Julien un peu trop sérieux et malheureux dans sa vie de jeune cadre divorcé, Jojo son opposé en baba cool baroudeur et sans attaches, et la jeune Rose, l’éternelle petite sœur joyeuse secrètement amoureuse de Julien.

Lorsque Colette fait un AVC, ils rappliquent tous à la ferme de leur enfance, et Lorena veille sur ce petit monde avec bienveillance. Lorena est la nouvelle voisine de Mama Reine, celle par qui les chevaux sont entrés dans la vie de cette dernière et avec eux une magie qu’elle ne cherche pas à comprendre mais qu’elle vit aussi simplement que possible. Durant le séjour à l’hôpital de Colette, des liens se renouent, d’autres se créent, des révélations se font jour dans la vie de chacun…

Il ne s’agit pas d’un conte merveilleux ou fantastique, au contraire nous restons ancrés dans une réalité que l’auteure nous invite à reconsidérer autrement, en faisant ce pas de côté qui nous manque tant dans nos vies stressées et déconnectées de l’essentiel. Le lien au vivant, au grand Tout… un petit côté chaman peut-être, un grand amour des animaux sûrement, et l’espoir que tout n’est pas encore perdu…

Bref, c’est un livre court, à lire avec son cœur, qui personnellement m’a fait beaucoup de bien ❤

« Le cheval, la plus noble conquête de l’homme, un animal ivre de vent et de lumière… On le prive de tout ce qui le fait, de sa connexion au monde, à la terre, au ciel, de sa liberté d’aller, de venir, de choisir sa nourriture et ses compagnons… L’homme s’est mis en boîte dans des maisons, des apparts et a fait de même avec lui, dans des box sombres, derrière des barreaux… Nous avons oublié que nous avions des ailes et nous les avons coupées à nos chevaux… »

« Le jour où on écoutera les bêtes, on reviendra à notre véritable place d’humain. On se croit supérieur, on commande, on tue, on détruit… Alors que la nature est empreinte de beaucoup de bienveillance à notre égard. Les animaux, comme les plantes, peuvent nous soigner, nous nourrir, nous servir. Nous sommes allés trop loin, nous avons transformé ces services en servitudes. Nous avons exploité la nature en l’avilissant, en lui manquant de respect. Et en faisant cela, nous avons perdu le contact avec son savoir et son mystère. Toutes, bêtes et plantes, se sont tues. Si on les laissait être ce qu’elles sont vraiment, si on les entendait, on serait charmé de tout ce qu’elles ont à nous révéler et à nous apprendre. Elles sont pleines d’une sagesse que nous avons oubliée. J’espère qu’on les entendra avant qu’il ne soit trop tard… »

« Ils (les animaux) sont naïfs et simples comme des enfants et c’est ainsi, avec tendresse, patience et bienveillance, que nous devrions les traiter, nous les verrions alors nous ouvrir leur cœur et nous inviter à les y rejoindre. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s