Les petits cailloux – L’avis des lecteurs

Pour ce cinquième livre, l’autrice s’attache aux liens de la filiation. Quel merveilleux texte. Les mots vont et viennent si naturellement. Pénétrant dans la vie de chaque femme de la famille, Madeleine, Marianne et Léonie, a des instants cruciaux de leur vie. Trois générations réunies le temps d’un roman, trois femmes de caractères différents, trois destins liés. Mettant à l’honneur les relations mère/fille, l’amour maternel et filial, entre non-dits et pudeur, elles se comprennent peu.
L’autrice maîtrise son sujet. J’ai adoré.
Merci à Victoire de ce doux moment de lecture. A mettre entre toutes les mains. Avis publié le 29 janvier 2020 sur Instagram et Facebook par Sarahcontequoi


Quel plaisir de retrouver la merveilleuse plume de Victoire qui nous fait passer du rire aux larmes en quelques pages. J’ai beaucoup aimé découvrir le portrait de Madeleine, Marianne et Léonie qui représentent les 3 générations. Madeleine est la mère de Marianne et la grand-mère de Léonie. Nous les suivons à travers leur vie quotidienne qui est semée d’obstacles. Mais ces dernières les passent avec brio même si la douleur est parfois présente.
De nombreux maux de la société actuelle sont présentés comme les ruptures douloureuses, la garde alternée ou encore le burn-out. Les mots choisis sont justes et nous permettent de prendre du recul sur certaines situations où l’on peut s’identifier. L’alternance des points de vue est très important car cela nous entraîne dans une histoire dynamique qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.
J’ai beaucoup aimé découvrir ces trois femmes extrêmement attachantes. Même s’il y a des sujets de discorde entraînant des vagues au sein du trio, on sent l’amour qu’il y a entre ces trois femmes et combien elles sont soudées. Un peu hymne à la famille et, en particulier, à cette famille exclusivement féminine. J’ai beaucoup aimé le personnage de Léonie qui sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. Elle a une merveilleuse fille Rose qui apporte une belle touche de fraîcheur à ce roman. Madeleine est un personnage merveilleux qu’on ne peut qu’aimer. Elle amène la sagesse à Léonie et Marianne notamment sur le fait, que, malgré les obstacles, la vie vaut la peine d’être vécue sans regrets.
Merci Victoire de m’avoir fait une nouvelle fois confiance en me confiant votre roman. Vous savez choisir les mots pour provoquer des émotions pour que ces dernières résonnent au fond de nous. La famille et son amour sont au cœur de ce beau roman avec un bel hommage à la transmission qu’on a souvent tendance à négliger. Je me sens toujours grandie en ressortant d’un de vos livres et pour cela je vous en remercie ! Chronique publiée le 15 janvier 2020 sur Instagram par Mathilde_morduedelecture

 

Un roman qui fait sens, riche dans les messages transmis, une pépite.

Trois portraits de femmes, liées par les liens du sang, traversent la vie et ses désillusions avec ténacité et courage, et ce besoin de trouver leur place, de donner du sens à cette course effrénée contre le temps, dans la recherche de sérénité.
Madeleine, quatre-vingt cinq ans. Marianne, cinquante ans.
Léonie vingt-cinq ans.
Peu importe l’âge ou les tournants de la vie, elle ne fait pas de cadeaux ! Et les aiguilles du temps ne cessent de trotter.

Écoute cette grand-mère au doux parfum de lavande qui se contente de ce que chaque jour lui apporte en petits plaisirs, ses petits cailloux blancs, à la fois malicieuse, tendre et forte de toutes ses années traversées. Ancrée dans le moment présent, profondément sage, lumineuse et bienveillante, Madeleine montre le chemin de la sérénité, de la confiance en soi et en la vie.

Marianne, d’avoir franchi toutes les étapes de sa vie avec son caractère de battante, d’avoir été trop souvent celle qui ne tombera jamais, n’a pas vu venir son couple qui meurt, son burn-out, sa fille qui prend son envol, ses cinquante ans qui lui font l’effet d’une gifle. Où est désormais sa place ? Regarde comme elle fait preuve de courage pour se relever et avancer, et comme désormais elle a appris à s’écouter.

Léonie, enfin, en pleine construction professionnelle, vit des heures d’incertitude depuis que son couple bat de l’aile et qu’elle se retrouve seule, et mère de la petite Rose, d’autant que Thomas, son ex, a contribué à l’éloignement entre sa mère et elle… Heureusement qu’elle peut compter sur sa Madilou adorée, sa grand-mère, son refuge !

Trois femmes qui traversent des tempêtes et des naufrages. Pas facile d’accepter la vie comme elle vient, de se laisser porter sans inquiétude ni regrets malgré les aléas imposés, les non-dits, les épreuves…
Victoire Sentenac de sa plume généreuse et d’une sensibilité rare offre une clé : celle qui nous permet l’espoir, l’apaisement et l’harmonie.

Une histoire dont le rythme alterne entre Madeleine, Marianne et Léonie, telle une valse à trois temps, une valse a mille temps , une valse a mis le temps… pour accepter ce qui ne peut être changé, le temps qui passe et aimer avant qu’il ne soit trop tard. Victoire Sentenac excelle pour donner du sens, nous émouvoir, faire mouche !

Un très beau voyage de transmission, de secrets de famille, d’amour de la vie.
Un bijou, émouvant et tendre qui m’a touché en plein cœur et qui parle à chacun de nous. On a tous besoin d’entendre dans nos vies qui vont à mille à l’heure, parfois, que tout ira bien. J’avais rendez-vous avec ce livre j’en suis persuadée.
Victoire m’a offert bien plus que la lecture en SP de son livre. Elle ne le sait pas mais à plusieurs reprises, et à travers Madeleine, ce sont les mots de ma Maman que j’ai reconnus, qui me dirait à moi aujourd’hui, face à mes inquiétudes ou mes doutes parfois (voir mes enfants quitter le nid par exemple😉) que tout ira bien, un cadeau si précieux, ce message que j’ai tendance à oublier pour moi : tout ira bien ! Laisse faire la vie ! Ce sont aussi les mots que je transmets à mes enfants 😉 Je ressors de cette lecture le coeur apaisé et émue avec une pensée réconfortante : Le temps fait bien les choses. Aie confiance en la vie et en toi. Tout ira bien. Chronique publiée le 8 janvier 2020 sur Amazon et sur Nos plus belles lectures (groupe FB) par Marie Desmons