Blog littéraire

Un petit carnet rouge, de Sofia Lundberg

Quel beau livre! Malgré son destin tragique, Doris a fait front toute sa vie. Nous la découvrons au gré de ses rencontres et de la narration de son épopée entre la Suède, la France et les États-Unis, des années 30 à nos jours.

À 96 ans, elle vit seule à Stockholm et poursuit l’écriture de sa vie à partir de son petit carnet rouge, qui contient le nom des gens ayant compté pour elle, en bien ou en mal, et dont la plupart sont rayés aujourd’hui, accompagnés de la mention « décès ».

Elle est d’un courage à toute épreuve et d’une ténacité hors pair. Une vraie héroïne!

Lorsqu’elle rencontre Allan, sa vie bascule. Je ne ne peux en dévoiler plus à ce sujet sans révéler l’intrigue, alors je vous livrerai juste les derniers mots que j’en ai lus et qui résument si bien cette histoire poignante :

« L’Amour.

Ce n’est qu’un mot. Mais il contient tant de choses.

Finalement il n’y a que l’amour qui compte.

As-tu aimé assez? »

Et vous? Avez-vous aimé assez?………. 😉

 

Blog littéraire

La chamade, de Françoise Sagan

La chamade

La chamade est un roulement de tambour qui annonce une défaite. Le ton est donné, même si la petite musique de Françoise Sagan parvient à nous faire oublier l’amertume… presque.

C’est l’histoire de Lucile, une jeune femme insaisissable qui choisit de quitter son vieil et riche amant pour vivre une grande passion avec Antoine, lui-même empêtré dans une relation avec Diane, belle femme mondaine qui s’offre de jeunes amants pour contrer l’effet de l’âge (je ne sais pas si c’est très efficace!).

Bref, entre Antoine et Lucile c’est l’amour fou, celui qui fait battre le cœur plus fort, plus vite, celui pour qui on sacrifie tout. Vraiment tout ? Quel est le prix à payer, au sens propre du terme ? On ne vit pas d’amour et d’eau fraîche, malgré l’urgence des corps et l’union des âmes. Pour une jeune femme libre comme Lucile, totalement allergique à toute forme d’engagement, les contingences de la vie à deux sans la fortune qui permet artificiellement de s’en affranchir semblent insurmontables. L’amour qu’elle lit dans les yeux jaunes d’Antoine suffira-t-il ?

« Leurs corps étaient comme deux chevaux amis, séparés momentanément par la brouille de leurs maîtres mais qui finiraient par repartir ensemble, au grand galop, dans les paysages ensoleillés du plaisir. »

Du pur Sagan 😉

Blog littéraire

L’été de nos vingt ans de Christian Signol

L'Été de nos vingt ansSi l’on met de côté les sentiments – un peu trop – grandiloquents et l’écriture – un peu trop – ampoulée à mon goût, il s’agit d’une belle histoire d’amour et d’amitié au temps de la Résistance durant la seconde guerre mondiale.

Antoine admire son ami Charles, brillant jeune homme qui réussit tout ce qu’il entreprend, y compris séduire et vivre une grande histoire d’amour avec Séverine, qu’ils ont rencontré tous les deux lors de leur dernier été de paix et d’insouciance, au fin fond de la Dordogne. Une pointe de jalousie, mais alors vraiment une pointe, de la part d’Antoine secrètement amoureux de la jeune fille, ne l’empêchera pas de les soutenir et de les aider à se retrouver malgré les aléas de la guerre. Lire la suite « L’été de nos vingt ans de Christian Signol »

Blog littéraire

Les loyautés de Delphine de Vigan

 Les LoyautésDelphine de Vigan m’avait déjà habituée à lire en apnée, avec Rien ne s’oppose à la nuit notamment. C’est encore le cas pour Les loyautés, qui descend au fin fond de la souffrance des enfants face à la défaillance des adultes, l’impuissance des uns faisant miroir aux manquements des autres.

Théo a 12 ans et il boit de l’alcool en cachette. Pas pour le plaisir de transgresser les règles, ni pour celui de provoquer ses parents, et pas non plus pour s’amuser. Il boit pour oublier, déjà. Il tente de rejoindre un monde calme où n’existeraient ni la souffrance de sa mère ni la déchéance de son père, séparés depuis quelques années. Lire la suite « Les loyautés de Delphine de Vigan »

Blog littéraire

Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa, Le Livre de Poche

Tout le bleu du cielRésumé : « Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile. »

Mon avis : Ce livre m’a surprise. D’abord curieuse, charmée par le résumé et son thème vraiment original, j’ai démarré ma lecture confiante. Les premiers chapitres ne m’ont pas immédiatement embarquée, mais on sait tous que parfois ce n’est pas évident d’entrer dans un nouvel univers alors j’ai patienté. Longtemps! Mon intérêt de lecture n’est revenu que tardivement, je dirais vers la 150ème page… Lire la suite « Tout le bleu du ciel de Mélissa Da Costa, Le Livre de Poche »

Blog littéraire

Le secret du mari de Liane Moriarty

Le Secret du mariC’est le premier roman « divertissant » que je m’autorise depuis le début du confinement. J’ignore pourquoi, je parvenais mieux à écrire qu’à lire, un comble ! Bref.

Au départ j’imaginais une lecture légère et facile car le style d’écriture est simple, enjoué, volontiers humoristique, et m’a aussitôt propulsée dans les banlieues huppées de Desperate Housewives, vous savez ? 😉 et j’adore cette série ! Lire la suite « Le secret du mari de Liane Moriarty »

Blog littéraire

Wagon-lit de Joseph Kessel, Folio

J’ai lu ce petit livre au départ simplement pour me documenter en vue de mon prochain roman (dont j’ai enfin repris l’écriture après l’espèce de sidération corona qui m’avait coupé toute envie de lire ou d’écrire… il semblerait que ça revienne doucement, ouf 😉 !) et je ne pensais pas en parler parce que je n’avais pas prévu qu’il me plairait autant ! Kessel écrit si bien, au-delà de mon intérêt pour le fond sincèrement c’est un petit bijou de littérature. Lire la suite « Wagon-lit de Joseph Kessel, Folio »

Blog littéraire

Le consentement de Vanessa Springora, Grasset

Le consentementJ’ai lu ce livre pour trois raisons.

La première, parce que j’ai été une jeune fille de 14 ans mal dans sa peau vulnérable et influençable qui a eu la chance – elle – de ne pas croiser de prédateur sur sa route, objectivement je crois que j’aurais pu dériver aussi et je voulais comprendre de l’intérieur les mécanismes de cette emprise morale et physique totale. Lire la suite « Le consentement de Vanessa Springora, Grasset »

Blog littéraire

L’art de perdre de Alice Zeniter, Prix Goncourt des Lycéens 2017

L'art de perdre

Quel livre puissant ! 600 pages que l’on dévore tant il apporte de réponses à des questions en suspens, ni franchement posées ni complètement éludées, tout comme le destin des Algériens qu’il explore et que pour ma part je n’imaginais pas autant lié à celui des français « de souche ».

Il s’agit d’une longue quête identitaire à travers trois générations de Kabyles, dont le grand-père Ali forme le premier maillon et qui sans en avoir conscience au moment des faits a tracé le chemin de sa descendance. Un chemin particulier, tortueux, sur lequel avancent à tâtons Hamid son fils et Naïma sa petite-fille, dont nous suivons les errances et l’espoir d’un enracinement. Lire la suite « L’art de perdre de Alice Zeniter, Prix Goncourt des Lycéens 2017 »

Blog littéraire

L’âge de discrétion de Simone de Beauvoir, Folio

Quelle écrivaine, décidément. Je n’ai pas lu tous ses ouvrages, mais je trouve qu’elle a une modernité et une sincérité d’écriture qui permettent de la lire sans aucune lassitude à n’importe quelle époque, peu importe l’âge que l’on ait.

Il s’agit ici d’un récit très court. L’âge de discrétion explore le passage des années lorsqu’on atteint la soixantaine, un âge délicat où l’on peut vite glisser du côté de ceux qui ne créent plus, qui n’ont symboliquement plus d’avenir, comme le laisse entendre André, son mari chercheur désabusé. Ou bien on peut aussi continuer d’y croire et se servir de son vécu pour transmettre encore et encore. Cette posture optimiste, celle de l’auteure au début de son livre, n’empêchera pas les écueils de la vie et sera mise à mal par celui en qui elle croyait le plus : son fils, qui désavoue littéralement ses valeurs.

Elle sombre alors, se bat, relève la tête et nous la suivons au gré de ses réflexions profondes et toujours d’actualité. Non, la vie n’est pas finie quand on a 60 ans 😉

« Autrefois je me berçais de projets, de promesses ; maintenant, l’ombre des jours défunts veloute mes émotions, mes plaisirs. »

« Mon passé donne de l’épaisseur au présent. Intellectuellement on domine mieux les questions ; on oublie beaucoup, d’accord, mais même ce qui est oublié reste à notre disposition, d’une certaine façon. »

« Au galop mes jours s’échappent et en chacun d’eux je languis. »