Blog littéraire

Les fleurs de l’ombre de Tatiana de Rosnay

Les Fleurs de l'ombre par Rosnay

Commencer un nouveau livre, c’est un peu comme entrer chez quelqu’un qu’on ne connaît pas encore très bien et avec qui on a besoin de se familiariser avant de se laisser aller… pour avoir déjà lu et aimé Tatiana de Rosnay, je partais en confiance, aussi malgré un début de lecture légèrement déroutant je suis très rapidement entrée dans une histoire fascinante, entre réalisme et dystopie, si proche de notre époque – à quelques années près – et de nos plus grandes menaces, entre terrorisme et écologie, que j’avais à la fois hâte de tourner les pages et peur de ce qu’il allait se produire…

Clarissa Katsef est une écrivaine âgée d’une soixantaine d’années en recherche urgente d’un logement car nous comprenons qu’elle vient de quitter précipitamment son mari, pour une raison qui sera dévoilée au fil de l’eau en parallèle de l’intrigue principale.

À sa grande surprise, elle est sélectionnée pour loger au sein d’une résidence d’artistes étonnante. L’offre est très (trop ?) accueillante et les « recruteurs » se montrent bientôt extrêmement intrusifs. Sous le prétexte de programmer son assistante virtuelle, qui ne devrait a priori s’occuper que de son confort matériel, ils lui posent beaucoup de questions et semblent en réalité plus s’intéresser à sa vie intime qu’à ses préoccupations artistiques.

Clarissa éprouve un malaise grandissant dans son atelier. Elle ne peut se défaire de l’impression d’être observée en permanence, et pour cause des mini caméras sont présentes partout sous un prétexte sécuritaire ; son chat tressaille sans raison apparente, elle maigrit, pense devenir folle et avoir des hallucinations nocturnes… ces phénomènes étranges se répètent et accentuent son anxiété croissante. Sa fille dont elle est si proche est persuadée qu’elle débloque, seule sa petite-fille Andy la soutient.

Entre réflexion autour de la société de demain, du processus de création, de l’intelligence artificielle et ses dérives, et un suspense psychologique habile, ce roman nous plonge dans un univers différent du nôtre certes mais si proche par ailleurs que nous aussi, comme Clarissa, sommes saisis d’un vertige…

Alors, rêve, cauchemar ou réalité ? …

Quelle que soit la réponse, vous ne lâcherez plus ce livre une fois commencé ! 😉

« Les robots étaient incapables de percer la magie aléatoire et si délicate de l’inspiration, de saisir comment une idée venait à un artiste, comment elle prenait naissance dans son cerveau, telle une perle façonnée par le hasard et les revers de la vie intime, peaufinée par l’émotion et la sensibilité, tout ce qui rendait les humains infiniment humains, et infiniment vulnérables. L’originalité, l’ambiguïté, la beauté procédaient de ces imperfections, de ces failles, de ces doutes. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s