Blog littéraire

L’Octopus et moi de Erin Hortle

L'Octopus et moi par Hortle

Quel beau livre, si original, touchant, étonnant…

Lucy se remet tout juste d’épreuves qui malgré sa jeunesse l’ont marquée dans sa chair et sa féminité, au sens premier du terme. Elle a combattu un cancer du sein et peine à accepter ses prothèses, qu’elle trouve trop grosses, presque injurieuses pour la femme qu’elle était avant et en qui elle ne se reconnaît plus.

Une nuit, elle rejoint deux habitantes de sa Tasmanie d’adoption sur le Neck, l’isthme qui relie les deux îles de Bruny Island, afin de les aider à pêcher des pieuvres pour les mettre en conserve. Elle les avait surprises par hasard un soir en pleine action, à la lumière de la lune, et avait été fascinée par cette sorte de pratique locale sacrée, curieusement reliée pour elle aux mystères du féminin, sans qu’elle se l’avoue complètement. Son compagnon Jem en plaisante gentiment, sans la comprendre, mais elle s’en moque, simplement peinée de ne pas retrouver avec lui la complicité d’antan. Elle découvre alors une pieuvre qui cherche à rejoindre à tout prix l’Océan pour y pondre ses œufs en traversant cet isthme au péril de sa vie. Mue par un instinct puissant, Lucy saisit la pieuvre et son choix à ce moment-là provoquera un événement qui va bouleverser à jamais la perception qu’a la jeune femme de son corps, de sa relation au vivant, au sacré, et qui influera sur l’acceptation de sa féminité abîmée et l’affirmation en elle d’une force insoupçonnée.

À partir de ce moment-là, elle se rapproche beaucoup de Flo, l’une des deux femmes qui mettent les pieuvres en conserve, et entreprend une thérapie à sa manière.

L’ensemble du récit est totalement imprégné des paysages de Tasmanie, de la nature sauvage et de la vie des animaux sur place, allant jusqu’à se mettre dans leur peau le temps de quelques pages un peu surréalistes, qui font corps avec l’évolution de Lucy, dont le destin se forge en communion avec les éléments qui l’entourent.

J’ai vraiment beaucoup aimé la sensibilité si particulière de l’auteure, son écriture à fleur de peau, sa vision instinctive du lien qui unit l’homme à la nature. Les personnages sont tous singuliers et attachants, on referme ce livre à regret…

Une belle découverte réalisée grâce à la box littéraire Lumières ! 💡🙏

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s