Septembre 2018

Hommage

Parce qu’il est des rencontres qui marquent une vie… Parce que certaines personnes sont aussi talentueuses que généreuses, je rends aujourd’hui hommage à mon « mentor » de l’époque, Henri Troyat, membre de l’Académie Française, auteur de dizaines d’œuvres, lauréat du prix Goncourt…

Ce grand monsieur, dont j’ai particulièrement aimé les livres lorsque j’étais étudiante, m’a fait à cette époque – lointaine ! 1995, j’avais 20 ans –  l’immense honneur d’une petite correspondance, en réponse tout d’abord à une lettre que je lui avais adressée, sans grand espoir qu’il me réponde…

Je vous laisse imaginer les bonds de joie que j’ai fait dans mon jardin en découvrant cette petite carte dans ma boîte aux lettres !!

Je vous en cite le contenu, écrit de sa main :

« Chère Mademoiselle,
Votre lettre est d’une chaleur et d’une spontanéité qui m’enchantent.
Je suis heureux que la lecture de certains de mes livres vous ait donné le goût d’écrire. Si j’en juge par les quelques lignes que m’avez envoyées, vous devriez persévérer dans cette voie. Puisque vous aimez fréquenter des personnages imaginaires et conter leurs aventures, vous ne vous sentirez jamais seule dans la vie !
En vous remerciant de votre fidélité à mes ouvrages, je vous prie de croire, Chère Mademoiselle, à mes sentiments les plus sympathiques.
H. Troyat »

Ça le fait quand même, non ??

Mais ce n’est pas  tout !

Je lui ai envoyé quelques mois plus tard un roman que j’avais écrit, pour avoir son avis (rien que ça, je tape directement à l’Académie Française ! A 20 ans on ne doute de rien, comme quoi, toujours croire en ses rêves, c’est vraiment mon leitmotiv !), et contre toute attente, j’ai à nouveau été honorée d’une réponse de Monsieur Henri Troyat, pleine de délicatesse, que voilà :

« Chère Mademoiselle,
Débordé de travail, il m’est malheureusement impossible de prendre connaissance de votre roman dans un délai raisonnable. Mais je l’ai survolé… et même un peu plus. Il m’a paru intéressant par  sa fraîcheur, émouvant par son intention, et je le transmets à mon éditeur (Flammarion, 26 rue Racine 75006 Paris), qui le soumettra à son comité de lecture pour examen et avis. J’ai insisté pour qu’on ne tarde pas trop à vous répondre et j’espère que le résultat sera positif.
Croyez, Chère Mademoiselle, à mes sentiments les plus sympathiques
H. Troyat
P.S : La personne qui s’occupe du département littéraire chez Flammarion est Mme Sophie Berlin »

 

Je ne peux pas rêver mieux comme encouragements aujourd’hui, ce moment de ma vie où, vingt ans plus tard, je renoue avec ma passion d’écrire …

Ce grand monsieur nous a quittés il y a un peu plus de dix ans, mais je peux vous garantir qu’il existe dans ma bibliothèque et dans mon cœur pour la postérité !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s